News

26 Apr 2019

Dégâts post-cycloniques : Rogers fait un don de semences à des planteurs rodriguais

Frappée de plein fouet par non pas un mais deux cyclones en l’espace de quelques semaines, Rodrigues a subi d’importants dégâts. Particulièrement touché, le secteur agricole a vu la perte d’une grande partie des récoltes, surtout dans la région de Rivière-Banane. Alerté sur la situation inquiétante par P.A.P.O.L, l’antenne rodriguaise de sa filiale Velogic, le groupe Rogers a souhaité venir en aide aux agriculteurs de la localité en faisant un don de semences et de produits phytosanitaires.

 

Une cérémonie a été organisée mercredi 24 avril au centre communautaire de Rivière-Banane en présence de Serge Clair, Chef Commissaire de Rodrigues, Daniel Baptiste, commissaire de la Sécurité sociale, Marie Paul Edouard, présidente du village de Rivière-Banane, Jacques Ravina, président des planteurs, et Philippe Espitalier-Noël, Chief Executive Officer (CEO) de Rogers. Cette initiative visait à aider les planteurs à relancer au plus vite leurs plantations.

 

Dans la vallée de Rivière-Banane, ce sont près de 70 familles qui dépendent de l’agriculture. Cette région, du reste, est connue pour le rôle majeur qu’elle joue dans le secteur agricole rodriguais. D’où la décision du groupe à agir rapidement face à ce qui est considéré comme « une situation d’urgence. C’est pour cette raison que nous avons tenu à être à vos côtés durant ces moments éprouvants”, a déclaré le CEO de Rogers.

 

Présent dans l’île depuis 1932 à travers ses activités de manutention dans le port, de chargement et de déchargement, le groupe mauricien a en effet noué au fil des années des relations très étroites avec les opérateurs économiques et la communauté des agriculteurs rodriguais.

 

Plutôt que de vous envoyer des vivres, il vous fallait des moyens de relancer vos plantations. Nous avons privilégié une action sur le long terme”, a précisé Philippe Espitalier-Noël. Le CEO de Rogers a également fait l’apologie de “l’entraide” entre agriculteurs, surtout à une période où le réchauffement climatique exerce une pression supplémentaire sur les systèmes de production alimentaire à travers le monde. “Mauriciens, Rodriguais, citoyens du monde, nous sommes tous unis par ce combat. Nous avons donc pour responsabilité de mieux nous entraider pour faire face et limiter les dégâts collatéraux. En vous offrant des semences, nous souhaitons aussi vous encourager dans la voie de la sécurité alimentaire. » 


Tout en louant le courage, la persévérance et le dynamisme des planteurs rodriguais, Philippe Espitalier-Noël a aussi souligné que Rodrigues a aussi de belles leçons à nous enseigner en matière de développement durable et de respect de la nature. « En introduisant une réglementation sur la pêche à l’ourite (exemple que Maurice a suivi), Rodrigues a envoyé un message aussi fort que l’interdiction de sacs plastiques dans l’île, par exemple. »